Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 décembre 2012 1 10 /12 /décembre /2012 16:47

 

- Spaulding, ne vous isolez pas dans votre ressentiment ... Pensez aux moments de bonheur que vous avez partagés avec elle. Soyez encore dans l'amour que tout sublime... puis en douceur le temps apaisera votre coeur et vous permettra de vous intéresser à d'autres femmes.

- ... Je veux qu'elle crève !!! 

- Non Spaulding c'est inadmissible! Vous ne pouvez parler ainsi d'une femme que vous avez aimé.

- Je veux qu'elle crève, quand même !

- Votre désir de lui faire du mal ne fait que retourner le couteau dans votre plaie ... vous vous punissez de l'avoir aimé !

- ... Je veux qu'elle crève !!!

- Votre coeur n'a battu rien que pour elle ...

- C'est elle que j'aurais du battre

- Vous aviez des relations sado-masochiste avec elle ?

- Psychiquement pas sexuellement

- Il eu été préférable de faire le contraire

- Je veux ...

- Oui on a compris. Cependant Spaulding la relation sado masochiste sexuellement transmissible est de toute beauté quand elle est partagée ... au moins par un des deux. Les chaines du désir tendues à leurs paroxysmes libèrent le corps et son esprit ...

 

- Non, non ma Psy ! Je n'ai jamais écrit ça ...  reste dans ton texte tu sais que je ne supporte pas l'improvisation.

 

Michel interrompait Spaulding et la psy, il était aussi jaloux de son texte que de sa Psy.

 

- Quant à toi Spaulding, tu n'es pas dans le ton ... comprends que Spaulding se rend compte qu'il est un homme fini,  il ne pourra plus jamais aimer une autre femme, seule désormais la boisson lui apportera un peu de réconfort dans la vie. Qu'elle crève ou pas finalement il n'en a plus rien à faire et ce n'est plus vraiment à la psy qu'il s'adresse mais aux dieux qu'il provoque dans un dernier combat !

- Aux dieux ?

- Oui, ... enfin à ses dieux ... on sait pas trop lesquels d'ailleurs ... mais c'est pas très important pour la dramaturgie.

 

La psy avait envie qu'on s'intéresse un peu a elle. Elle croisa les jambes. Les lanières de cuir de ses sandales remontaient le long de ses chevilles comme une invitation à aller plus loin. Le regard de Michel se laissa guider par ces jambes qui l'emmenaient en un lieu où tout converge, il posa ses lèvres sur la bouche de la psy , leurs yeux se donnèrent l'un à l'autre, le désir se fit plus pressant quand Spaulding enserra de ses mains les hanches de la psy.

Partager cet article

Repost 0
diag-avec-la-psy.over-blog.com
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Dialogue avec une psy ...
  • Dialogue avec une psy ...
  • : Echanges entre un dénommé Spaulding et une psychologue ... virtuelle.
  • Contact

Pages