Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 novembre 2011 4 03 /11 /novembre /2011 07:57

shiatsuimage Ma compagne psy m’a donné mon premier Shiatsu.

 

Le Shiastu est une technique de bien être élaborée par des japonais à partir des  principes  de la médecine chinoise traditionnelle. C’est même une des très rares fois où japonais et chinois ont appréhendé un même sujet sans que cela finisse par un conflit armé.

 

 C’est une sorte de massage sur des points d’acupuncture.  Je fais court dans l’explication parce que c’est assez complexe et que j’y connais pas grand-chose.

En tout cas je sais que la séance de shiatsu se déroule en deux parties. La première est un massage assez … tonique et la deuxième partie est une discussion avec le thérapeute.

Faut bien dire qu’après la première partie  massage on se sent comme de retour de la planète mars où y aurait plus d’apesanteur. Un peu aussi comme après une sorte de psychanalyse du corps, trituré, vidé et dans un état second.

Et c’est alors que commence la seconde partie de la séance de shiatsu.

 

Mon amie psy me dit :               

 

-          J’ai travaillé sur ton élément bois

-          Mon élément bois ?

-          Oui, l’élément bois, c’est l’énergie de l’action.

-          Et ?

-          Et ton énergie de l’action est trop faible

 

Jusqu’alors j’avais toujours géré mon énergie de l’action avec parcimonie mais c’était la première fois qu’un thérapeute semblait trouver à y redire.

Tout en sentant monter en moi l’angoisse et mesurant toute l’énergie que les chinois déploient  au travail, je tentais un timide :

-          Et on peut améliorer sa propre énergie de l’action ?

-          Bien sûr en travaillant sur ton élément métal

Misère ! A peine sorti du bois le métal me tombait dessus.

-          Et donc le métal ?

-          Le métal est l’énergie qui contrôle le bois. C’est l’énergie de la réflexion. Et ta réflexion contrôle trop ton action.

-          Et donc, autrement dit en chinois : mon métal contrôle trop mon bois.

-          Oui

 

Je comprenais maintenant pourquoi les chinois qui savaient tout ça avaient mis à mal les économies des pays occidentaux qui eux ne savaient pas tout ça.

 

-          Ta réflexion n’est pas au service de ton action. Elle n’est qu’au service d’elle-même et tourne indéfiniment en rond.

-          Comme un « spoutnik »

-          En rond.

 

Je sentais que l’on progressait.

 

-          Ton regard ne doit plus être le reflet de ta réflexion mais le reflet de la réalité des choses.

-          Je vois

 

Bien qu’il ne me semblait pas avoir convaincu la psy par cette dernière réponse, je me demandais combien étrange pouvait être la vie de ceux qui n’ont pas une compagne psy.

Partager cet article

Repost 0
diag-avec-la-psy.over-blog.com
commenter cet article

commentaires

Martine 04/11/2011 20:37


Les psy ayant eux-meme besoin de psy ou psychia...Vous souhaite bon courage M.Spaulding...Bien sur que je sais qui est la psy: "F", elle n'a pas su résister à me le dévoiler via tel, tellement
fière de ses bottes à lacets...Tellement jolies, que je n'irai certainement pas me précipiter dans les boutiques pour acheter les memes! Oooh que non!


Présentation

  • : Dialogue avec une psy ...
  • Dialogue avec une psy ...
  • : Echanges entre un dénommé Spaulding et une psychologue ... virtuelle.
  • Contact

Pages