Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 07:56

Personne ne s'était occupé des autres patients présents lors de l'agression de Spaulding dans le cabinet de la psy.

 

La police ne s'était intéressée qu'à l'aspect criminel de l'affaire.

 

Lorsque Sloan arriva chez la psy les patients étaient encore là,  livrés à eux mêmes à leurs propres délires

 

Ils avaient alors engagé entre eux un débat politique  dont, hélas on ne peut sortir totalement indemne: "Quel est le véritable positionnement du centre sur l'échiquier politique de notre pays ?".

 

Tout le monde sait bien que ce débat, abordé sans soutien pssychologique fort, peut amener à l'état que les spécialistes en neuro- psychiatrie appelle "la syncope de l'état sang triste":  Au bout d'un certain temps de discussion le sang du sujet n'a même pu l'envie d'arriver jusqu'au cerveau et cela provoque alors soit des éblouissements soit des ictus. Ça dépend.

 

Sloan était bien sûr scandalisé du spectacle qu'il voyait de tous ces gens que la psy avait lâchement abandonnés mais il ne pouvait rien faire pour ces malheureux et, les laissant à leurs tristes sorts, il entra dans le cabinet de la psy.

 

C'était donc là dans ce cabinet que le cousin Spaulding avait vécu son amour par psy interposée jusqu'à son brutal dénouement.

 

Sloan menait ses enquêtes à l'instinct à l'inspiration il n'était que peu intéressé par les méthodes modernes d'investigations policières.

Mais il fut toutefois impressionné de l'excellent travail fait la police scientifique pour la recherche d'éventuelles traces de spermes dans le cabinet de la psy

 

Partout ! Il  y a en avait. Sur le sol bien sûr mais aussi les murs ...  jusqu'au plafond.

Les endroits les plus difficiles d'accès et les plus reculés y avaient eu droit.

 

La surbrillance de la poudre verte utilisée par la police scientifique transformait le cabinet en une gigantesque fresque psychédélique à la gloire de l'aventure humaine.

 

Sloan comprenait bien que l'artiste ne s'étant pas ménagé y avait mis autant de couches que nécessaire.

 

Fasciné, Sloan voulu voir la tête qu'avait cette psy en ouvrant le dossier que lui avait laissé le commissaire Berthomieu.

 

En la voyant sur l'une de ses photos, il comprit et Sloan se mit à douter. Serait il à la hauteur de l'enquête qu'on lui avait confiée ?

Partager cet article

Repost 0
diag-avec-la-psy.over-blog.com
commenter cet article

commentaires

luciolebrune 28/01/2011 16:45


ptdr !!!!


luciolebrune 28/01/2011 13:40


Combien d'ADN différents dans la "peinture" du cabinet de la psy ?


diag-avec-la-psy.over-blog.com 28/01/2011 16:39



Luciole , quand on aime on ne compte pas :-)



Françoise Boulanger 27/01/2011 16:13


La syncope du "sang triste"... est-ce une nouvelle maladie pour la psy ?! Dommage qu'elle soit en fuite. Courage Sloan, on est avec toi dans ton en quête de preuves.

1er indice : on voit déjà que le cousin Spaulding était un "artiste"... Mais était-ce celui de la maladresse, de la déveine ou encore de...?


diag-avec-la-psy.over-blog.com 27/01/2011 18:29



Peut être que l'artiste c'était la psy et que Spaulding n'était que ... le pinceau !



Présentation

  • : Dialogue avec une psy ...
  • Dialogue avec une psy ...
  • : Echanges entre un dénommé Spaulding et une psychologue ... virtuelle.
  • Contact

Pages